Parfum du coeurJ'ai vu le sombre chai où pourrissaient tes jours
et ces lambeaux de joies qui gisaient sur la pierre
j'ai vu doute et douleur rôder comme vautours
et ton coeur prisonnier, des pleurs en bandoulière

J'ai vu sous ton écorce, les profondes blessures
sillons où battent sans fin tes secrètes souffrances
j'ai eu si mal pour toi, effleurant les brûlures
avec pour seul cadeau, ma triste impuissance

L'alambic de tes jours a épuisé ses flammes
il ne distille plus sous la voûte noircie
que ses amertumes, fragrances infâmes
et tu cherches en vain tes bouquets d'Eaux de Vie

Mais je connais ton coeur, mais j'ai frolé ton âme
je sais tous tes parfums, tes onguents, tes couleurs
tes essences perdues, en timide oriflamme,
dans tes yeux à nouveau dansent petite soeur

Sous le cuivre des jours, l'étincelle ténue
fait palpiter la vie aux veines de tes heures
et parfume ton coeur de senteurs absolues
Vitae Essentia, que le noir, enfin, meure !

       

A ma soeur, pour l'Essence de Vie
                                       Chris texte et pastel, Octobre 2011