Jeune Maiko du quartier de Gion
tu as noué tant de rêves aux plis de ton Obi
et lissé tant d’espoirs sur tes gazes de soie

Jeune Maiko, murée aux traditions
qui se cache vraiment sous ta poudre de riz ?
quels tourments, quelles envies, quelle foi ?

Belle Geiko, dans la profondeur de ton chignon
je sens toutes tes envies, tes airs, tes poésies
qui peu à peu s’allument et flamboient

Tu appartiens au monde des fleurs
et puis des saules
dans tes mains tremblent tous nos désirs …

 

Toile de Miriam Slater

Texte écrit pour En Vos Mots, chez Lali
8 janvier 2012