Petit plaisir en écriture pour Un Mot. Une Image. Une Citation
Chez Joye chaque semaine, une consigne pour laisser libre cours à l'inspiration ... c'est par ICI

Tu n’auras jamais su
combien de turbulences, combien de tremblements
ont agité mes mains
alors que je remettais une buche
te sachant tout près
t’imaginant nue, en attente
vibrante et lumineuse
comme une jeune mariée …
Tu n’auras jamais su
combien de fièvres, combien  de flammes
ont couru sur ma peau
pourtant sage et docile
en apparences
alors que tes regards
attisaient mes appétits
et mes passions gourmandes …
Le désir flamboie dans la cheminée
misérable corps pourquoi
ne veux-tu plier ?
Pourquoi établir tant de codes
quand tes rêves rugissent
pourquoi tant d’entraves ?
N’as-tu jamais senti
dans mes mots si pauvres, si fades
n’as-tu jamais compris
que mes pauvres caresses
brûlaient de tout offrir
de tout donner !
Tu n’auras jamais su
et ne reste que Proust
recopié maladroitement
sur un carnet …

Proust